Toi aussi crée ton blog chat! | Blog de chats | Blog de lapins | Blog de chiens | Photos de chats | Photos de lapins | Photos de chiens

 Infos du Blog

Pseudo : charlie-cafe Une question? Contactez-moi!

Description du blog felin :
les matou sont sur mon blog

Création : Vendredi 22 Août 2008
Dernier article : 8 Août 2009
53 articles
50 commentaires
19121 visiteurs  
Note de ce blog : 6.83/10*
*Note moyenne pour 18 votants!


<< Decembre 2019 >>
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  


Mes blogs préférés :
linaminou
melba57
chatounette
Friskine
michele07
Afficher le flipbook!

Les photos de mon (mes) chat(s) !



Les articles par catégories
Photo année 2009
Photo de noël 2008
Photo normal


 Autour de mon Blog

Note ce blog !




 

mon chat me manque!


ma chatte Ficelle est morte d'un accident de voiture et elle avait 5 ans!!snif!snif!
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 19h09 | Laisser un commentaire| 1 commentaire | Lien permanent

 

description de mon chat


prénom:charlie

àge:8 ans

anniversaire:5 octobre
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 19h06 | | Lien permanent

l'oriental shorthair(race de chat)
L’Oriental est une des personnalités fortes de la gent féline. Longtemps dans l’ombre de son frère le Siamois dont il n’est, ni plus ni moins, que la version entièrement colorée, il a été importé comme bien d’autres chats en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle. A cette époque, les diplomates anglais et les voyageurs au long cours rapportaient dans leurs bagages des chats fort exotiques dont la haute société raffolait. Mais très vite, la robe contrastée et les yeux saphir du siamois reléguèrent l’Oriental aux oubliettes ! Jusque dans les années 1950 où une éleveuse britannique imagina un Siamois à la robe entièrement chocolat qu’elle baptisa Havana. Quelques années plus tard, Pat Turner, géniale éleveuse et sans doute la mère de l’Oriental moderne, entreprit de créer un Siamois blanc. Elle maria des Siamois avec des chats blancs. Or le blanc a la particularité de cacher toutes les autres couleurs et bientôt naquirent des chatons avec le type siamois mais tout noir, bleu, chocolat, lilas, rouge, tortie etc… Non contente de ce résultat, Pat entreprit de marier un Siamois et un Persan chinchilla et obtint les premiers Orientaux silver. A la fin de sa vie, elle commença un nouveau programme d’élevage, celui des Orientaux bicolores. Malade et gênée par la quarantaine des Iles britanniques, elle ne put le mener à bien. Son projet fut repris avec succès par certains éleveurs américains dont, Lindajean Grillo. Sans détrôner le Siamois, son grand frère indéfectible, l’Oriental a des admirateurs de plus en plus nombreux qui le découvrent avec enchantement.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 18h48 | Laisser un commentaire | Lien permanent

ragdoll(race de chat)
La race Ragdoll est née à Riverside en Californie dans les années 60. A l'origine Joséphine, une solide chatte de gouttière à poil long, vivait à moitié sauvage dans les rues. Renversée par une voiture, elle fut soignée dans une grande clinique vétérinaire et finalement recueillie par Ann Baker, éleveuse de Persans. Ann remarqua que le comportement de Joséphine, jusqu'alors très sauvage, s'était radicalement modifié. De sauvage, voire agressive, elle était devenue douce et aimante, comme ses chatons qui d'inapprochables étaient devenus de vrais amours. Ann Baker conçu alors un programme d'élevage qui avait non seulement pour but de créer un grand chat à poil mi-long avec une robe siamoise et des marques blanches, mais aussi un caractère particulièrement doux. Pour faire connaître sa race, elle alla jusqu'à prétendre que l'accident avait modifié les gènes de Joséphine, ce qui est bien sûr impossible, qu'elle avait été génétiquement modifiée à la clinique et même qu'elle avait rencontré des extra-terrestres ! Elle baptisa la race « Ragdoll », ce qui signifie poupée de chiffon en anglais, et en fit même une marque déposée. Effarés par ces délires, les éleveurs qui avaient suivi Ann dans son programme d'élevage décidèrent de se séparer d'elle et de faire reconnaître les Ragdolls en les présentant dans des expositions félines classiques comme un chat, certes beau, doux et imposant mais tout à fait normal.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 18h45 | Laisser un commentaire | Lien permanent

 

persan(race de chat)
Régulièrement rapportés d'Orient en Occident depuis les croisades, les chats à poil long ne sont devenus populaires dans nos contrées qu'à début du XVIIe siècle quand des marchands italiens en faisaient commerce comme on vend des œuvres d'art. Au XVIIIe, les dames de la bonne société parisienne aimaient faire salon avec, sur leur genoux, ces chats à la fourrue de soie, si différents des raminagrobis des rues. Appelés « Angora » en raison de leur provenance moyen-orientale, ils gagnèrent l'Angleterre où ils prirent le nom de « Chats des Français » et trônèrent dans les premières expositions félines à côté des British Shorthair, gros chats ronds à poil court, fierté de l'élevage britannique. L'esprit d'éleveur des Anglo-Saxons ne tarda pas à imaginer un mariage entre les deux races pour allier la fourrure de l'un aux rondeurs de l'autre. De cette union naquit le Persan dont le premier standard fut publié en 1889 par Harisson Weir, le père de la félinotechnie moderne.
Très vite, la renommée du Persan dépassa les rives d'Albion pour gagner les Etats-Unis. Là-bas, le type actuel, plus fort et plus rond, a été fixé. Parallèlement au type, les couleurs du Persans se sont multipliées à l'envie ajoutant des palettes inédites aux traditionnels chats blancs ou bleus des débuts.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 18h41 | Laisser un commentaire | Lien permanent

le maine coon(race de chat)
L’origine du Maine Coon rejoint le sillon des premiers bateaux des colons accostant les côtes américaines. Dans leurs cales, des chats voyageurs à poil long, dont paraît-il, les chats blancs de la Reine Marie-Antoinette, sauvés in extremis par un capitaine au grand cœur. Une fois à terre, les petits félins furent livrés à eux-mêmes et ne durent leursurvie qu’à leur formidable faculté d’adaptation. Se mariant, çà et là, avec des gros chats de fermes, les ancêtres du Maine Coon ont développé une fourrure quasi imperméable, plus courte sur le dos et plus longue sur le corps, une musculature souple et puissante et une solide mâchoire de chasseurs à en faire pâlir plus d’un. Tout en lui est un miracle d’adaptation, jusqu’à sa couleur rayée et sa queue touffue qui évoquent un raton laveur, animal dont il tire son nom américain - littéralement Raton du Maine -!
Un jour, cependant, les hommes s’aperçurent de sa beauté. En 1860, le Maine Coon est reconnu comme une race à part entière et participe à des expositions félines organisées par les fermiers du Maine. Mais son succès est de courte durée. Quand arrivent d’Angleterre les Persans et autres chats à poil long, bien plus exotiques, on le pense en voie de disparition.
Heureusement, le phénix renaît de ses cendres. Reconnaissant la valeur de ce chat américain, des éleveurs fondèrent en 1950 le premier club de race dédié au Maine Coon. La race est officiellement reconnue en 1976 par la CFA, le plus grand club félin américain et son succès n’a jamais été démenti depuis.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 15h46 | Laisser un commentaire | Lien permanent

le exotic shorthair(race de chat)
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’Exotic Shorthair n’est pas l’invention d’un éleveur désirant créer un Persan à poil court, mais plutôt le fruit du hasard. Dans les années 1950 aux Etats-Unis, existait une race de chat à poil court ressemblant fort à notre Européen et appelée Domestic Shorthair. Bien que belle et athlétique, cette race au type modéré avait de plus en plus de mal à tenir sa place en exposition face à d’autres races au type plus affirmé comme le British Shorthair. Les éleveurs décidèrent de réagir en croisant leurs chats avec des Persans pour leur apporter de la rondeur. Les résultats dépassèrent toutes les espérances car les chatons issus de ces unions avaient de grands yeux, un joli nez court et un corps rond et puissant. La plupart de ces hybrides, porteurs du gène poil long, furent remariés avec des chats à poil court et donnèrent naissance à une nouvelle race, l’American Shorthair. Mais on se demanda que faire des chats les plus typés, de ceux qui avaient les yeux les plus ronds, les têtes les plus larges et l’ossature la plus solide. On eut alors l’idée de sélectionner parmi eux ceux qui se rapprochaient le plus du type persan. Par des mariages successifs avec des Persans, mais aussi avec des Burmèses bien ronds et des Bleus Russes à la fourrure pelucheuse, on arriva petit à petit à la perfection: l’Exotic Shorthair. La race fut définitivement reconnue en 1967.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 15h43 | Laisser un commentaire | Lien permanent

le british shorthair(race de chat)
C'est pour rendre hommage à la beauté des chats domestiques anglais qu'Harrison Weir, père de la félinophilie moderne, eut l'idée d'organiser la première exposition féline au Crystal Palace de Londres en 1871. Il pensait en effet que les petits félins qui couraient les campagnes britanniques n'avaient rien à envier au charme des chats exotiques – Siamois, Bleus Russes, Angoras…- qui déferlaient sur la Grande Albion.
Le résultat de cette grande première devait lui donner raison puisque l'ultime gagnante de l'exposition fut une magnifique chatte anglaise bleu tabby à poil court, appartenant à la race baptisée pour l'occasion, British Shorthair.
Ce n'était pas tant le travail des éleveurs qui était récompensé par cette victoire, mais celui de Dame Nature qui avait façonné un chat tout en rondeur, parfaitement adapté à un climat souvent difficile grâce à sa fourrure épaisse, laineuse et quasi imperméable.
L'autre charme indéniable du British Shorthair était la grande variété de ses couleurs et de ses motifs : noir, blanc, bleu, tabby, silver, tortie, bicolore. Des combinaisons infinies…
La première Guerre Mondiale faillit pourtant sonner le glas de ce chat magnifique. La famine qui frappait les Anglais toucha aussi leurs chats qui furent presque tous décimés et il fallut, à la fin de la guerre, introduire des chats sans pedigree pour reconstituer la race. Cet ajout eut pour effet d'affiner les British. Les éleveurs eurent recours au Persan pour « arrondir » leurs chats. Ces mariages eurent pour conséquence d'introduire le gène « poil long » dans le potentiel British. On obtint dans les premières générations des chats avec des qualités de fourrure remarquables, mais aussi dans les générations suivantes – Oh shocking !- des chatons à poil long. Longtemps, ces vilains petits canards furent cachés et ce n'est que très récemment que la France a reconnu cette ravissante variété désormais nommée British Longhair.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 15h40 | Laisser un commentaire | Lien permanent

bengal(race de chat)
Deux types de motifs sont acceptés chez le Bengal et, dans les deux cas, un contraste extrême est recherché entre les taches foncées et le fond de robe doré. Dans le premier motif, appelé spotted, les taches sont soit des points, soit des rosettes disposés de manière aléatoire sur le corps. Les rosettes sont des taches bicolores, plus ou moins rondes et parfois ouvertes, avec un contour foncé et l'intérieur orangé. Le Bengal est aujourd'hui la seule race de chat domestique présentant des rosettes. Dans le second motif, appelé marble, les rosettes sont allongées jusqu'à reproduire des motifs marbrés semblables à ceux de la panthère longibande. Chez le spotted comme chez le marble, la tête présente le maquillage typique des chats tabby, le ventre, bien que plus clair, est tacheté et la queue est annelée.
Les couleurs acceptées sont le brown tabby ou le bleu tabby. Elles se déclinent dans les catégories traditionnelle, sépia, mink et colourpoint. Chez ces dernières, le fond de robe est ivoire et les marques brunes ou bleues. Les yeux sont verts, or, bleu ou aigue-marine selon les catégories.
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 14h15 | Laisser un commentaire | Lien permanent

chartreux(race de chat)
Malgré l’aspect un tant soit peu nounours donné par sa fourrure douce et laineuse, le Chartreux n’a rien d’une peluche. C’est un chat vif, robuste et agile qui a du combattre pour survivre et il a des restes de ce tempérament volontaire. On dit aussi de lui qu’il est particulièrement intelligent. C’est peut-être cette intelligence qui lui a permis de s’adapter très vite à la vie moderne en appartement et, de devenir un parfait chat de compagnie apprécié de toute la famille
 Posté le Vendredi 29 Août 2008 à 14h10 | Laisser un commentaire | Lien permanent

Articles précédentsArticles suivants