Toi aussi crée ton blog chat! | Blog de chats | Blog de lapins | Blog de chiens | Photos de chats | Photos de lapins | Photos de chiens

 Infos du Blog

Pseudo : calypso Une question? Contactez-moi!

Description du blog felin :
- Le chat ouvrit les yeux,Le soleil y entra.Le chat ferma les yeux,Le soleil y resta.Voilà pourquoi le soir,Quand je me réveille,J'aperçois dans le noir,Deux morceaux de soleil -

Création : Samedi 6 Mai 2006
Dernier article : 5 Sept 2008
88 articles
301 commentaires
100652 visiteurs  
Note de ce blog : 8.43/10*
*Note moyenne pour 88 votants!


<< Novembre 2020 >>
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  


Mes blogs préférés :
michele07
perempuam
missclaire
mounette
Afficher le flipbook!

Les photos de mon (mes) chat(s) !



Les articles par catégories
Accueil...
Adresses utiles...
Aider un refuge...
Autres chats...
Chats de mon enfance...
Chats de refuge...
Conseils et documentation...
Divers...
Mes Amours d'aujourd'hui...
S. O. S. chats en détresse...
Un prénom pour mon chat...


 Autour de mon Blog

Note ce blog !




Patou, Ponch et Joy...
Les enfants de mes voisins avaient l'habitude de récupérer les chats errants et après avoir plus ou moins joué avec eux, les laissaient à l'abandon dans la nature...

La petite chatte Cléo fait partie de ses chats abandonnés : je l'ai découverte un jour, cachée sous un buisson contre la clôture de mon jardin, auprès d'elle se blottissait un chaton, âgé environ de 2 mois.

Cléo était une mini panthère noire, poils courts, avec deux beaux yeux verts, tandis que son chaton, baptisé Patou, avait le poil court, couleur gris charteux, avec les mêmes yeux que sa mère...

Les premiers contacts furent un peu houleux : la petite chatte feulait dès mon approche, protégeant son petit. Régulièrement, j'allais les voir, tout en restant à distance et déposant chaque jours, une petite poignée de croquettes et un fromage (vache qui rit), et à en voir l'assiette vide, j'ai pu m'apercevoir que ça leur plaisait

Les jours ont passé, et avec beaucoup de douceur et de patience, j'ai pu enfin à mon grand bonheur, caresser Cléo et Patou Et un beau matin, ce qui devait arriver arriva : Ma mère entendit miauler à la porte de la maison, lorsqu'elle ouvrit, Cléo et son petit étaient là ; ils se faufillèrent dans la villa, firent le tour du propriètaire, et s'installèrent chez nous... Nous nous retrouvions donc avec deux chats supplémentaires, deux amours

Cléo passait très peu de temps à la maison, contrairement à Patou, qui préférait se prélasser au soleil, l'été, ou dans un panier, voir sur mon lit, durant l'hiver... Bien que parfois, selon son humeur, il partait à la chasse et nous rapportait ses trophées en cadeau (mulots, lézards, sauterelles, etc...).

Puis, Cléo commença à changer de comportement, plus câline que d'ordinaire, plus casanière, ronronnante, sans parler des miaulements... Nous comprîmes alors, qu'elle était enceinte : Ma mère surveillait notre Cléo, afin que tout se passe bien, et lui avait préparé un petit nid douillé, pour la mise bât.

C'est en fin d'après midi, un 1er avril, que les petits naissèrent. J'étais alors devant la télévision, [je me souviens même que je regardais la série "Chips", l'acteur que je préférais se nommait Poncharello, dit "Ponch" ] Il y eu trois chatons : deux noirs aux poils courts et un gris au poils longs. Dès que je le vis, j'ai dit à ma mère : -" Lui, je l'appelle "Ponch", puis nous avons baptisé les autres petits : Frimousse (malheureusement décédé d'une pleurésie, alors qu'il n'avait qu'un an) et l'autre se fut Diabolo ( que nous avons fait adopter, après son sevrage)...

Cléo reprit sa vie de vagabondage et nous ne l'avons jamais revue... Entre Joy (ma chienne berger allemand), Ponch et Patou, c'était l'entente parfaite Malgré le fait de vivre à la campagne, mes chats préfèraient flâner au soleil, et s'éloignaient rarement de la maison, et l'hiver, il fallait regarder sous la couette de mon lit, pour les voir

Je me souviens qu'un jour, un matou du quartier est venu enquiquiner mon Ponch, qui se mis à miauler d'une façon très particulière, je vis alors Joy arriver et foncer sur le matou, qui mort de peur, passa la nuit perché en haut d'un arbre ou encore la fois où, en rentrant chez moi, j'ai trouvé Caroline, une tortue de terre, et Ponch fut longuement intrigué par ce drôle d'animal ; Caroline se cachait dans sa carapace, tandis que Ponch, très surpris, tatonnait avec sa patte, afin d'essayer de faire sortir, de sa cachette, cette étrange et très curieuse "chose", parfois même en se perchant sur le dos de Caroline

Bien que Patou était très sociable et câlin, il restait plus discrêt, tandis que Ponch avait, avec moi, une relation fusionnelle : Dès que je rentrais du lycée, il arrivait et ne me quittait plus, il dormait avec moi (blottit sous les draps contre mon ventre ), se mettait sur mes genoux, quand je mangeais ; lorsque je suis rentrais en internat, ma mère m'écrivait des lettres, et me disait qu'à chaque fois, Ponch venait à ce moment précis et se couchait sur les feuilles, à croire qu'il sentait que le courrier était pour moi ; même mon vétérinaire me disait -"c'est pas un chat, c'est un enfant"

Ce n'était que du bonheur, hélas, c'était trop beau pour durer : le divorse de mes parents et surtout la bétise et la rancune de mon père et de mon frère ont fait que je n'ai pu garder Joy, Ponch et Patou Suite à ça, ma chienne, qui était le "bébé" de ma mère s'est laissée mourir de chagrin, quand à moi, la séparation avec mes animaux fut un choc énorme, je peux même dire un traumatisme, qui m'a laissé une blessure et un grand chagrin

Suite à cet évênement, j'ai passé presque un an sans animaux, même les souvenirs de mes chers compagnons, j'ai du mal à me les rappeller ; A l'heure d'aujourd'hui, je n'ai toujours pas réussi et je ne veux même pas pardonner cet acte de méchanceté gratuite ; mes animaux représentaient tout pour moi, c'était mon oxygène La peine et la douleur sont toujours présentes, est je n'ai toujours pas pu faire le "deuil" des mes compagnons à 4 pattes... Je ne les oublierais JAMAIS.







 Posté le Mercredi 26 Décembre 2007 à 14h47 | Laisser un commentaire | Retour au blog